Deus Ex Wiki
Advertisement


Extraits[ | ]

À l'aube[ | ]

Les riches couleurs de l'automne entraient par les fenêtres avec la lumière du matin. Les rayons caressaient Meredith allongée, un bout de drap enroulé autour d'elle, le bras de Jace, un bras d'acier, posé sur sa cuisse nue comme une arme abandonnée.
Sa main remonta sur le membre cybernétique, dépassa l'endroit où le métal rencontrait la chair, le raccord rugueux d'un côté et bronzé de l'autre.
Jace s'étira en se réveillant. Son visage taillé à coups de serpe s'adoucit. "Qu'est-ce qu'il y a ?"
Meredith éprouva une joie mêlée de tristesse et sentit un poids sur son cœur comme si elle s'apprêtait à fondre en larmes. "Je… j'avais peur que tu me blesses."
Il fut choqué. "Meri, non. Je ne pourrais jamais."
Elle voulut détourner les yeux, mais n'y parvint pas. "Je ne sais pas ce que je ressens."
Il la prit par la main et l'entraîna hors du lit, jusqu'à la fenêtre.
"Moi, si", dit-il en posant ses lèvres sur les siennes.

Transgression[ | ]

"Sors d'ici ! dit-il sur un ton rageur. Tu t'es bien amusée, alors maintenant retourne chez tes frères et leurs amis de Pureté Absolue !
- Jace, non… dit-elle en tendant le bras, mais il s'écarta. Tu ne comprends pas !
- Ne m'insulte pas ! lâcha-t-il en faisant de grands gestes avec son bras augmenté. Ce n'était qu'un jeu pour toi, hein ? Tu voulais faire la rebelle, coucher avec un câblé juste pour emmerder ta famille !" Jace pointa un doigt d'acier vers elle, une lueur brillant dans ses yeux Caidin-Zeiss.
"Va au diable ! J'en ai assez de tes mensonges !"
Sans réfléchir, Meredith lui donna une gifle sur la joue. "Tais-toi !" dit-elle d'une voix tremblante. "Ne me repousse pas. Ne fais pas comme si cela ne signifiait rien !"
Quand il la regarda, la douleur dans ses yeux coupait comme un rasoir affuté. "C'est… Tu ne peux pas rester ici...
- Je le dois", dit-elle dans un souffle.

Le fer et les ombres[ | ]

De l'autre côté de la place, Meredith le vit trébucher et tomber contre un muret. Elle lança un rapide coup d'œil en direction des manifestants qui continuaient à se déchaîner, puis, mue par une impulsion inexplicable, elle avança jusqu'à lui et lui tendit la main.
Il releva la tête et les yeux qu'elle vit briller sous sa capuche, durs et gris comme des fragments d'eau de mer glacée, lui coupèrent le souffle.
Il se releva, ignorant la main tendue, mais il y avait quelque chose en lui qui ne cadrait pas avec son attitude hostile.
"Est-ce que...
- Je vais bien, murmura-t-il. Ses yeux se rétrécirent. Vous êtes blessée...
- Ce n'est qu'une égratignure", commença-t-elle, mais sa main approchait déjà de sa joue.
Meredith sursauta lorsque des doigts argentés touchèrent sa peau. Mais à sa grande surprise, ils étaient chauds.
"Oui, dit-il en se détournant, je suis l'un d'eux. Un câblé.
- Je..."
Mais il s'éloignait déjà.
Advertisement