Deus Ex Wiki
Advertisement

La Croix Rouge : Une Histoire des Templiers est un livre dans Deus Ex.


La Croix Rouge : Une Histoire des Templiers

de Richard Baigent

Premier volume : Défenseurs de la Foi

... et jusqu'à la libération de Jérusalem, le sort de la Terre Sainte resta précaire, encerclée de toutes parts par l'ennemi mahométan. C'est alors qu' Hugues de Payns, un chevalier originaire de Champagne, et neuf autres de ses compagnons, firent le vœu de défendre les pèlerins et de protéger les chemins menant en Terre Sainte. Accueillis par Baudouin II, le Patriarche de Jérusalem, il leur concéda pour logis une salle de son palais de l'esplanade du temple, et c'est ainsi qu'ils devinrent les "pauvres chevaliers du temple".

Il ne fallut guère de temps pour que, dès le Concile de Troyes, les Templiers adoptent l'austère et monastique loi monacale de St Benedict et les tenues blanches des Cistériens, les complétant d'une croix rouge symbolisant leur propre sang, un sang qu'ils étaient tous prêts à verser sans sourciller pour défendre la Foi.

Les Templiers, dont on murmurait qu'ils étaient "des lions au combat et des agneaux au foyer", entrèrent rapidement dans la légende. Bientôt libérés par le Pape de toute autorité laïque ou épiscopale à l'exception de celle de la sienne elle-même, les Templiers virent aussi leurs terres exonérées de toute taxe ...


Deuxième volume : Les Lions de Dieu

... et chaque royaume d'Europe fit des donations à l'Ordre, en terres, en or, en armes et en hommes. Combat après combat, ils triomphaient de leurs adversaires, toujours les premiers à l'attaque et les derniers à la retraite, "les fanatiques du champ de bataille" selon les mots de Jacques de Virty. Et lorsqu'ils étaient faits prisonniers, ils refusaient tout opportunité de libération, préférant devenir des martyrs de la cause de Dieu. Avec toutes ces victoires, l'Ordre grandit et prospéra. A l'apogée de leur puissance, on dit qu'ils possédèrent plus de 9000 domaines à travers l'Angleterre, la France, l'Italie et la Terre Sainte, y compris un immense réseau de châteaux et de commanderies pour protéger les fréquents pèlerinages vers Jérusalem. Les Templiers gouvernèrent virtuellement Jérusalem et, au nom de ce qui ne peut être appelé qu'une prétention démesurée, refusèrent toute autre autorité sur leurs affaires que celle de l’Église.

A partir de 1250, les réserves financières de l'ordre étaient devenues tellement considérables que certains pèlerins prirent l'habitude de déposer leur or dans un temple de Paris ou de Londres avant de le récupérer en arrivant à Jérusalem, établissant ainsi les fondations du système et des comptes bancaires modernes ...


Troisième volume : La Chute des Chevaliers

... et même si certaines charges sont discutables, il est incontestable que les Templiers, à mesure qu'ils devenaient plus prospères, se conformèrent de moins en moins aux préceptes de l'austère Ordre monastique de la vision de Hugues de Payns un siècle auparavant. Et en fait, même des criminels et des excommuniés furent accueillis dans l'Ordre, dès lors qu'ils faisaient voeu d'obéissance. Des rumeurs sur les rituels d'initiation secrets et sur l' "osculum infame" ("obscène baiser") se multiplièrent, ainsi que certaines histoires narrant leur vénération de dieux païens.

Mais c'est leur rivalité avec l'Ordre des Hospitaliers et leur extrême arrogance qui fut principalement responsable de leur chute. Et, alors que Jérusalem était définitivement abandonnée aux forces puissantes de Saladin, Philippe le Bel vit là l'occasion tant attendue de mater les Templiers ... tout en accroissant considérablement sa propre fortune. Avec la coopération du Pape Clément V, Philippe accusa l'Ordre d'hérésie, et fit arrêter en 1310 tous les membres de l'Ordre en France, les soumettant à la torture afin de déterminer le bien-fondé des charges qui pesaient sur eux, charges aussi fantaisistes que celles de sodomie, d'apostasie et d’idolâtrie ...


Quatrième volume : La Descente dans les Ténèbres

... mais en dépit des efforts de Clément pour que les poursuites soient annulées, les confessions étaient là. Ceux qui se repentirent échappèrent aux flammes, alors que cinquante chevaliers qui avaient choisi de se rétracter devinrent "relapsi," une rechute promptement soignée sur le bûcher. Les Templiers survivants de France reconnurent rapidement leur culpabilité, et en 1312, l'Ordre fut dissout par le Pape. Les Templiers furent longtemps insoumis aux rois et aux lois, mais ils finirent dévorés par l'Histoire.

On a longtemps débattu pour savoir si la dissolution plutôt scandaleuse de l'Ordre était entièrement fortuite, et certains sont allés jusqu'à penser qu'elle pouvait n'être qu'une machination de certains Templiers eux-mêmes, considérant qu'une aussi puissante organisation ne pouvait pas avoir été anéantie aussi facilement et rapidement. Il existe d'obscures spéculations sur un mystérieux chariot de paille qui quitta leur commanderie de Paris, et certains historiens n'ont pas hésité à affirmer que les Templiers protégeaient le secret du Saint-Graal ou encore celui de la transmutation, alors que d'autres soutiennent qu'ils s'enfoncèrent sous terre et fondèrent plus tard les puissantes et discrètes banques suisses ...

Advertisement