Deus Ex Wiki
Advertisement



Bulletins[ | ]

Terrorisme : Crime ou justice ?[ | ]

La question doit être posée : la poussée du terrorisme constitue-t-elle la réponse désorganisée à une économie en ruines ou résulte-t-elle d'une prise de conscience morale modélisable ? L'UNATCO fait-elle face à une opposition idéologique organisée ?
Certaines organisations (comme le groupe français Silhouette) ont déclaré la Guerre "Meme" (mais-mais) qu'ils désignent également dans leur terminologie absconse par le terme "guerre du sens", une guerre contre les clichés psycho-sociaux ! Ils diffusent e-mails et pamphlets qui caricaturent la prise de position des Nations Unies en faveur d'une démocratie mondiale. Et, se complaisant dans les sophismes et le double langage, ils caractérisent la liberté comme une soumission, la démocratie comme une tyrannie déguisée et l'UNATCO comme le véritable instigateur du terrorisme, une affirmation gratuite aussi choquante que diffamatoire.
D'autres organisations, comme les révolutionnaires auto-proclamés qui se cachent sous le sobriquet de Nationalistes Sécessionistes Fondamentalistes (NSF) aux États-Unis, se sont rangés sous la même bannière de la "guerre du sens". On reconnaît pourtant dans leurs actions les méfaits d'une bande de criminels de droit commun. Ils réclament en fait l'obtention d'un territoire et la confiscation de certaines richesses au détriment du bien collectif. Leur "guerre du sens" n'est rien d'autre qu'un écran de fumée pour donner une apparence avantageuse à leurs activités criminelles.
Toute population peut être facilement et rapidement retournée contre ces "révolutionnaires" et préservée des idées qu'ils répandent grâce à une éducation et une information sérieuse et impartiale quant à la politique des Nations Unies et les buts poursuivis.
-- Joseph Manderley, Directeur, UNATCO


Terrorisme : Ampleur de la menace[ | ]

Les attentats symboliques, tels que la destruction de la Statue de la Liberté, la profanation du Mémorial de guerre soviétique à Berlin et le mitraillage des grands magasins d'Orchard Road à Singapour sont un nouvel exemple historique du recours pathétique des faibles à la violence. Ils n'ont d'autre but que de focaliser l'attention du public sur un groupe ou une cause ultra-minoritaire.
Le véritable terrorisme se distingue par son escalade progressive dans les moyens employés qui va jusqu'à la perpétration d'authentiques actes de guerre. Certains groupes extrémistes disposent désormais de technologies assez puissantes pour organiser des attaques à grande échelle contre des gouvernements légitimes ; ces technologies incluent notamment les armes nucléaires, biologiques et chimiques (NBC). Même si l'on exclut les assauts directs contre une nation et sa population, il n'en reste pas moins que les attaques "indirectes" entraînent des dommages collatéraux considérables. Le piratage de logiciels peut déséquilibrer les marchés financiers, saboter les communications et compromettre les opérations militaires. Les programmes de cryptage permettent en outre aux terroristes de coordonner les opérations de contrebande dans le plus grand secret grÂce au réseau mondial Internet ! La drogue, les immigrants clandestins, les armes et même des équipements lourds comme des blindés ou des missiles de croisière traversent les frontières en toute impunité grâce à de tels programmes.
La création tant attendue de l'UNATCO, la première organisation disposant de la technologie, des hommes et de l'autorité pour faire respecter la loi, constitue une réponse indispensable mais quelque peu tardive à ces nouvelles menaces.
-- Joseph Manderley, Directeur, UNATCO


Connaître son ennemi: NSF[ | ]

Les NSF (Nationalistes Sécessionistes Fondamentalistes) représentent plus que jamais une menace terroriste véritable. Il y a dix ans, des groupes dissidents de presque toutes les milices d'état refusèrent fermement de remettre leurs fusils, grenades, mines anti-personnels et autres "œuvres d'artisan", qui tombaient sous le coup de l'interdiction promulguée par la loi sur les armes et le sport de 2042. Et, se rassemblant sous la bannière du plus charismatique d'entre eux, Leon Woods, ces fanatiques isolés s'organisèrent dans des phalanges NSF, Woods s'attribuant le titre de général en chef. Leur but affiché : la "libération" de Washington, du Montana, de l’Oregon et de la Californie du nord.
Si Woods mourut au cours de sa tristement célèbre "bataille pour l'honneur" en 2045, ses bêtes de guerre poursuivirent ce que l'on doit se résoudre à appeler une guerre d'occupation sur le territoire même des États-Unis, utilisant un réseau informatique crypté sophistiqué, mis en place par des scientifiques dissidents de San Francisco et de Seattle. A ce jour, les services de cryptologie de l'UNATCO n'ont remporté que quelques succès d'importance secondaire dans le piratage de leurs communications. Plus que jamais, le travail des agents de renseignement sur le terrain reste irremplaçable.
L'Organisation des Nations Unies a déclaré la guerre aux NSF.


Connaître son ennemi: Silhouette[ | ]

Devenu célèbre pour être parvenu à diffuser des publicités pirates de style 20ème siècle au cours des retransmissions de la coupe du monde de football de 2050, le groupe Silhouette semble privilégier les "coups de notoriété" à la violence.
"Les circuits imprimés sont l'apport essentiel à un petit déjeûner", affirmait notamment aux enfants l'un des spots. "Il faut manger machine pour devenir une vraie machine." [Un enfant métallique mÂche une puce de silicone.] "Les enfants qui mangent bio se font défoncer la tête par leurs petits camarades posthumains." [Des enfants métallique coiffés de casques de l'UNATCO tabassent lentement un jeune garçon.]
En dépit du caractère débonnaire de leurs interventions, ces intellectuels, artistes et anarchistes représentent une menace sérieuse. Ils disposent d'un équipement militaire conséquent et leur responsabilité a pu être établie dans de nombreux meurtres de journalistes et hommes politiques européens. Ils n'hésiteront pas à utiliser la force de manière aussi brutale qu’imprévisible.


Connaître son ennemi: les triades[ | ]

La surveillance de Hong Kong est actuellement une priorité de l'UNATCO, compte-tenu de la résurgence du crime organisé chinois sous la forme des triades. Hong Kong est un modèle de prospérité et d'avance technologique depuis des dizaines d'années, ce qui n'empêche pourtant pas cette mégapole d'être toujours un des points d'ancrage favori du crime organisé. Les triades, à savoir la Voie Lumineuse et la Flèche Rouge, s'affrontent pour le contrôle du trafic maritime et des dix milliards de crédits qu'il génère annuellement, l'essentiel des marchandises étant constitué de technologies pirates, de drogues illicites et d'armements qui approvisionnent tout le marché asiatique.
Pire encore, les triades prêchent une éthique de technopiratage accueillie très favorablement par les commerçants et hommes d'affaires, partenaires économiques privilégiés des criminels. Crédules et avides, cette armée d'intermédiaires n'hésite pas à leur accorder son aide et sa clientèle, insensible au fait que les violations des lois sur la propriété intellectuelle et les copyrights mettent en grand péril toute l'économie de l'information.


Connaître son ennemi : Menaces diffuses[ | ]

Les agents de l'UNATCO ont pu identifier plus de 1250 organisations terroristes actives dans le monde, et si certaines sont trop petites pour représenter une véritable menace, toutes n'en travaillent pas moins à la chute d'un ou plusieurs gouvernements.
Des groupes tels que les Chevaliers Templiers (Europe) et "X-51" (Ouest des U.S.A.) feront l'objet de bulletins ultérieurs dans la rubrique "Connaître son ennemi".


Le terrorisme : Une guerre sans fronts[ | ]

Comment combattre une menace clandestine, sans territoire limité, sans QG, et , souvent, sans meneur connu ? Tournons-nous vers l'histoire militaire pour trouver la réponse à cette question.
L'exemple type de la façon de contrôler des troubles civils est le Système d'Evaluation des Hameaux (SEH) conçu par l'armée américaine au cours de son occupation du Sud Vietnam au vingtième siècle. Les foyers de population de ce pays contenant à la fois de rebelles communistes et des citoyens innocents, les villes étaient notées de 1 à 5, cinq étant considéré comme une ville sure. Lle rapport d'évaluation du terrain de l'UNATCO s'est largement inspiré des rapports mensuels des officiers locaux, très utiles au Vietnam pour établir des cartes de concentration idéologique.
L'UDU (Unité Déployée de l'UNATCO) a pour modèle le PAC, le Peloton d'Action combiné déployé au Vietnam et composé d'une équipe de 15 soldats responsables de la sécurité d'un seul hameau. Les villages protégé par des PAC obtenaient en moyenne des notes SEH de 2,95 contre 1,6 pour les autres communes de la région. Les unités PAC avaient diverses missions mais travaillaient essentiellement en coopération avec les forces de police locales pour resserrer les liens idéologiques. A l'instar de unités de type PAC, celles de l'UNATCO ont pour objectif principal de garantir la sécurité des communautés locales.
-- Joseph Manderley, Directeur, UNATCO


Connaître son ennemi : Les Templiers[ | ]

On n'a pas pu encore établir avec certitude si les Templiers doivent vraiment être considérés comme des terroristes dans la mesure où ils ne recourent pas aux armes de l'arsenal classique du terroriste moderne. Mais il ne faut pas s'y tromper, car même si les Templiers se servent du chantage et de l'extorsion plutôt que des armes ou des bombes pour intimider les citoyens libres d'un pays, ils sont tout aussi dangereux qu'un autre groupe. Et, alors qu'ils sont présumés être les descendants directs d'une société secrète dont les racines s'étendent jusqu'aux croisades, les Templiers d'aujourd'hui paraissent principalement préoccupés par l'augmentation conséquente du montant de leurs comptes en banques, et consacrent l'essentiel de leurs efforts à des manipulations financières qui, plusieurs fois, ont fait s'effondrer les marchés.
A l'heure actuelle, les Templiers sont classifiés "inactifs", sévèrement affaiblis depuis le raid combiné UNATCO/Interpol sur leur quartier général de Paris en 2051. Néanmoins, plusieurs de leurs figures emblématiques sont toujours en fuite et pourraient réapparaître sous une autre dénomination.


Connaître son ennemi : X-51[ | ]

On ne dispose que de peu d'informations sur le groupe "X-51", mais on a pu établir avec certitude leur participation à certaines recherches expérimentales, recherches pour la plupart prohibées par les accords internationaux depuis plus de cinquante ans. Les simulations informatiques indiquent une probabilité élevée de l'implication du X-51 dans le désastre qui a submergé une partie de la Californie du sud, même si la nature de l'expérience qui a causé cette tragique catastrophe est encore inconnue à ce jour. Les objectifs du X-51 n'ont pas encore pu être définis à ce jour ; les actions aléatoires de ce groupe tendent même à se demander s'il poursuit un but précis.
On présume que le groupe est dirigé par Gary Savage, un scientifique qui travaillait sur un certain nombre de projets secrets pour le compte du gouvernement américain avant de disparaître dans de mystérieuses circonstances il y a de cela quelques années. Tout agent recueillant des informations sur le refuge actuel de Savage ou d'autres membres du X-51 doit les communiquer immédiatement à son contact local ou à son supérieur hiérarchique.


Coup d'arrêt à la terreur -- Nouvelles perspectives de la liberté[ | ]

A partir du moment où un fou a le pouvoir d'anéantir une ville de vingt millions d'habitants avec un microbe cultivé dans sa cave, une nouvelle approche de la manière de faire appliquer la loi s'impose. Chaque citoyen de ce monde doit être placé sous surveillance. Cela implique des caméras à toutes les intersections des voies les plus fréquentées, des analyses informatiques de chaque appel téléphonique, courrier électronique ou courrier classique (désigné aujourd'hui par le terme 'snail-mail', courrier-escargot), et une économie électronique transparente au sein de laquelle toute transaction doit être enregistrée et codifiée pour une éventuelle extraction ultérieure.
Nous ne sommes plus très loin de l'achèvement de cet objectif. Certains diront que les libertés et les droits de l'Homme ont été bafoués, mais la vérité est qu'ils n'ont jamais été aussi bien servis. Car, à mesure que la surveillance progresse, les citoyens se sentent libérés de la crainte du danger, de l'inquiétude de marcher seul la nuit dans des rues sombres, de la peur de ne pas travailler dans des conditions de sécurité totales, et soulagés de pouvoir acheter tout produit ou service légal sans risquer d'être escroqué. Bientôt, chaque citoyen gagnera paisiblement des crédits, s'en servira dans des rues commerçantes paisibles pour acquérir des biens pour sa paisible demeure, fera des barbecues avec des étrangers aussi bien qu'avec ses voisins, et dormira portes et fenêtres grandes ouvertes. Si ce n'est pas là, à portée de main, le rêve paisible de toutes les civilisations de l'histoire de l'humanité, alors qu'est-ce que c'est ?
-- Anna Navarre, Agent, UNATCO


Terrorisme -- La Guerre de l'Ombre[ | ]

De quelle manière peut-on combattre une menace qui, se dissimulant dans l'ombre, n'a ni base, ni territoire défini, et dont on ne connait généralement pas l'identité de celui ou de ceux qui la génèrent ? Penchons-nous sur les manuels d'histoire militaire.
L'archétype de la gestion des troubles civils est le Système d’Évaluation Local (SEL) développé par l'armée américaine pendant la guerre du Vietnam au vingtième siècle. Les populations locales dans ce pays rassemblaient alors des communistes et des loyalistes dans des proportions extrêmement variables, et la loyauté des villes et villages était évaluée sur une échelle de 1 à 5, 5 étant la meilleure. Les rapports de l'époque, écrits par les nombreux commandants régionaux, afin de maintenir à jour la carte des concentrations idéologiques, ont largement inspiré les Rapports Terrain de l'UNATCO.
C'est ainsi que l'ultramoderne UDU (Unité Déployée UNATCO) est largement inspirée des CAP (Combined Action Platoon - Pelotons d'Action Combinée) utilisés au Vietnam, des pelotons d'assaut de 15 hommes chargés de la sécurité de secteurs réduits. Les villages placés sous protection CAP obtinrent une note moyenne de 2.95 sur l'échelle de loyauté, à comparer à une moyenne de 1.6 sur l'ensemble de la région. Les CAP se chargèrent de nombreuses missions, mais surtout, ils collaborèrent avec la police locale pour renforcer les liens idéologiques. De la même manière, les UDU sont des pelotons dont la priorité est d'aider à la création de communautés dans des conditions de sécurité optimales.
-- Joseph Manderley, Directeur, UNATCO
Advertisement